En fin d'année dernière, nous avions lancé le nouveau chapitre de notre plus beau projet ... en demi-teinte.


Il y a peu, nous avons été contacté au sujet de notre dossier...

 

Nous venons de franchir la première étape.

Nos corps coopèrent en quelque sorte : nous sommes dans les clous pour tenter une FIV. Mais de mon côté, le temps est compté on dirait. "Il ne faudra vraiment pas qu'on traîne à vous prendre madame" m'indique sans plus de précision la femme au téléphone.

Sur le coup j'ai mal, et j'ai peur. Je ne réalise pas bien. Ni cette phrase, ni le reste.
"Maintenant, c'est au service génétique d'évaluer la situation, je vous donne leur numéro." Je note fébrilement, dépassée. Je remercie la femme au téléphone, je raccroche.

Je percute.

La première étape est passée. Elle nous limite dans le temps à priori, mais finalement, nous le savions déjà un peu je crois. Nous n'avons pas 20 ans, ni même 25. Encore deux étapes, si je compte bien, et nous serons sur la liste d'attente...

Puis il faudra entamer le parcours. Les piqûres, les monitoring, si tout se présente bien le déclenchement, la ponction ... Je suis déjà prévenue que je risque de mal réagir les premières fois... je prends une profonde inspiration.

Les questions m'assaillent : et s'il faut refaire ? On refera tant qu'on pourra. Et si aucun n'est viable ? On étudiera probablement l'appel au don. Et si il y en a plusieurs de viables, combien on en met ? On s'en remettra aux médecins, Superman et moi n'étant pas d'accord. Et si bébé ne s'accroche pas ? Je pleure, je hurle, et je fonce chez une thérapeute. Et si on découvre une nouvelle maladie qui le condamne ? Je ne veux même pas y penser !!! Et si ... et si.. et si ... J'expire et je chasse ces pensées terrifiantes, inutiles, et bien trop précoces.
Rien n'est fait encore. Un pas à la fois. Ne surtout plus se projeter. Juste... garder la luciole de l'espoir en ligne de mire.

Je sens mon coeur qui s'anime d'un espoir démesuré :"calme toi" lui murmure-je. Attendre et voir... Espérer... Désespérément, faire confiance à la vie, à l'avenir. Et appeler le service génétique.

Bien sûr, répondeur systématique. Je laisse un message, j'envoie un email...

Dans quelques temps, j'aurais probablement une réponse... il faudra envoyer les fiches. Compléter le dossier au besoin. Peut être refaire des tests ... Puis attendre à nouveau, voir si c'est réalisable ou pas. Et si ça ne l'est pas ? Le premier médecin que nous avions vu avait l'air assez confiant. Nous verrons, n'y pensons pas.

Une première étape franchie. C'est ce qu'il faut retenir. "Parcours du combattant", nous voilà, on arrive. Je ne sais pas si on est prêt, mais en tout cas, pour le moment, nous sommes déterminés.
La suite, nous le saurons petit à petit, au fur et à mesure que sera étudié notre dossier...