Article à chaud qui me trotte dans la tête. Chaque texte en vert est un lien vers quelque chose d'intéressant à mes yeux, et que donc je vous recommande.

L'éco-anxiété.
Un nouveau nom pour un nouveau mal contemporain. Il n'est pas le seul, mais il est alarmant.

Je ressens et vis ces choses depuis presque toujours. Certains jours, je désespère de voir les choses s'aggraver. Je me sens lasse et impuissante. Je vois ce qui pourrait être fait et ne l'est pas.

Aux côtés d'une haine qui semble se vouloir grandissante, des incompréhensions encouragées par ceux qui se cachent derrière, des injustices sociales qui creusent des fossés comme pour les rendre à l'avenir infranchissables, il y a l'environnement. Notre planète, notre chez nous, qui souffre.

Extinction de masses, maltraitance de la vie, épuisement des ressources naturelles, dégradation des conditions de vie, surconsommation... les mots sont aussi nombreux que les maux que nous infligeons à l'échelle plantétaire. On détraque tout, on voit le tsunami se profiler sur l'horizon, mais tout nous porte à croire qu'une grande majorité de personnes seraient en mode "on verra bien quand il sera là", chacun semblant espérer que ça ne sera plus son problème à ce moment là...


C'est la troisième révolution.

Certaines choses sont perdues à jamais, et ne reviendrons pas. Mais pour la plupart de celles qui restent, il est encore temps d'agir.
On peut encore sauver les fleurs et leur parfums. On peut encore sauver les oiseaux et leurs chants. On peut encore sauver la diversité alimentaire et ses saveurs. Les saisons et leurs couleurs et variations grandioses. On peut encore sauver des centaines de milliards de choses ...

J'aimerais que tout un chacun en soit convaincu "ça commence par moi". Tout commence par nous-même, chacun à notre niveau, nous pouvons agir plus ou moins. Si tout le monde faisait sa part, nous aurions déjà abattu les montagnes d'obstacles qui nous sont vendues comme étant insurmontables. L'union fait la force, mais le monde s'escrime à se diviser pour des idioties. On fait porter le chapeau à tel groupe ou tel autre. C'est tellement plus facile.

J'aimerais qu'on arrête de servir des excuses aux futures générations, comme un concours à qui sortira celle de plus de mauvaise foi, la plus lâche... "la pire excuse"... alors que face à chacune d'elle, il y a généralement de petites choses à faire, qui ne bouscule pas trop notre confort d'un coup, mais nous mettent le pied à l'étrier.

Et pour avancer de concert, le mieux serait qu'on soit tous en équité les uns par rapport aux autres. Qu'il y ait une fraternité entre nous, nous permettant de nous donner la main malgré nos désaccords.


Alors au fond, c'est pour ça que le mouvement des gilets jaunes m'emplit d'admiration et de gratitude, malgré tous les mauvais rôles qu'on peut lui donner. C'est pour ça aussi que voir les autres manifestations et lire des articles tels que celui-là : sur le monde, ça me fait du bien. Ces combats doivent être pris en compte et menés de front : justice sociale et environnement. L'un n'ira pas sans l'autre.
Et dans "justice sociale", j'inclus une notion de tolérance et d'acceptation des différences sociales.

Je regarde peu les news qui tentent de m'enfoncer dans le pessimisme. Je trie. Je regarde ce qui me donne de l'espoir en l'avenir, parce que c'est en croyant qu'on trouve la force de se battre.
Alors, voir ce qui se fait effectivement, réaliser que d'autres s'en soucient aussi, combattent à leurs façons.., c'est une bouffée d'oxygène, même infime, elle est à prendre. Et j'espère vous l'offrir aussi, ainsi que des moyens d'agir ou de prendre conscience de ce qui se passe, et ce qui est encore possible.

Nous nous battons contre tout un système. Contre des habitudes ancrées et vantées depuis des décennies, sinon plus. Mais nous ne sommes pas seuls. Nous sommes largement plus nombreux que nous pouvons le croire, à souhaiter un avenir durable, plus juste, plus propre, pour tous.

Je veux y croire. Je veux me battre.
Et vous ?

 

aimernature