Pour le moment, ce mois de Juillet était doux-amer. Et lent. Presque un peu vide.

Toujours en attente de réponses, les deux pieds dans une lourde inertie, j'avais fini par me laisser dépassée sur de nombreux plans. Fatigue ? Chaleur ? Dé-motivation ? Un peu tout ? Allez savoir. Mais j'avais pris du retard pour beaucoup de choses. Rien de trop important, heureusement.

Oui, je continue à garder l'oeil ouvert, à l'affût des "heureusement", quand j'ai la force de les chercher.
Le ciel a parfois l'air strié par les barreaux de cages, mais il n'en est pas moins quand même de l'autre côté.

Grille
Donc "heureusement", ces derniers temps, j'ai réussi à me reprendre un peu, et je m'active plutôt pas mal !

- Entre fatigue et stress dû aux aléas de la vie et aux questions en suspens, je me traînais un peu, alors j'ai pris le taureau par les cornes. La marche aide toujours pour le moral, mais j'ai aussi su prendre le temps à deux reprises de me poser pour faire de petites séances de respirations/méditation, histoire d'évacuer un maximum de tension, et ça fait du bien. J'avais presque oublié à quel point. Je vais essayer d'en refaire de temps en temps.
La deuxième fois, je me suis endormie en pleine séance. Je me suis laissée me reposer, j'étais trop "raplapla". Après tout, si mon corps a besoin, plus vite il récupère, plus vite je repars d'équèrre !
En bonus, je fais peu de cauchemars en ce moment. Je crois même n'en avoir jamais fait si peu ! La contre-partie, c'est que je fais assez peu de rêves aussi. Les jolis rêves. Ceux qui vous transportent dans mille et une féeries, ou je les oublie au réveil. Ceux-là me manquent un peu, mais tant pis, on ne peut pas tout avoir. Progressivement, j'ai redessinée une ébauche de rythme.

- Je continue de me lancer de petits défis, et parfois je les réussis. Ceux où j'échoue ne sont que partie-remise, je n'abandonne pas. Le soucis est que j'ai trop d'idées, et trop peu de temps pour les appliquer, mais je compose comme je peux !

- Je continue, lentement, à trier mes affaires, et ce sont cinq sacs qui ont quitté la maison pour aller servir ailleurs. Trois autres attendent dans un coin que l'association solidaire ré-ouvre - congés obligent. Pour certaines choses, pas moyen de donner, réparer ou recycler, il a fallu jeter..
J'ai toujours l'espoir, petit à petit, de vider ce "trop-plein" qui m'étouffe. Faire profiter d'autres personnes de ce qui ne me sert pas, ou plus, et en profiter moi pour en ressentir les bienfaits. Aérer les placards et les étagères. Revenir à l'essentiel. Respirer un peu... se délester de ce qui n'a pas lieu de rester ici. Cela reste dur par moment, la marque reste quand on a "manqué", mais ça vient.
Prochaine étape : trier les livres, et distribuer les superflus dans les boîtes à lire des environs. Les bibliothèques ne récupèrent plus les ouvrages, même en excellent état. Tant pis.

- J'ai toujours la tête en ébullition, alors je plonge dans l'action dès que je m'en sens. Dernièrement, j'ai eu deux journées particulièrement pleine d'énergie, sorties de nulle part, que j'ai bien mises à profit - quitte à le payer derrière de nouveau. J'ai pu préparer la maison pour nous permettre d'accueillir de la famille bientôt, et je suis pratiquement à jour de tâches ménagères !  Il me reste un "dossier" à gérer, et de la couture à (apprendre et à) faire, mais cela peut attendre, alors ça attendra.

- Ah ! Je suis officiellement radiée de pôle emploi. Aucune surprise, et en fait, presque un soulagement. Mes justificatifs ne leur convenaient pas, pas moyen de me faire rentrer dans une petite case de leur tableau pour savoir quoi faire de moi, etc. Depuis le temps qu'ils voulaient se débarrasser de moi.. au moins, j'en ai fini pour le moment avec leurs convocations ridicules pour des choses que je sais déjà (souvent mieux que leur lecteur de powerpoint formateur) ou des entretiens où on ne vous écoute de toute façon pas. Je vais continuer mon petit truc dans mon coin. C'est pas comme s'ils avaient eu le moindre intérêt ces derniers temps...

- À côté de ça, j'apprends à moins attendre après Superman et ses "oui-oui" qui flottent dans l'air comme des bulles de savon.. Je le bouscule un peu s'il est le seul à pouvoir (ou qu'il s'était réellement engagé) à faire, et sinon je fais moi-même, quitte à le vexer, ou à ne pas faire "aussi bien". Il est mignon, mais il est quand même très fort en procrastination ! Mélopée m'a aidée à voir combien je souffrais de devoir toujours attendre pour tout, parfois en vain, simplement pour ménager sa sensibilité. Elle me recommande de m'affirmer, et puis j'ai tellement besoin d'avancer... De casser ce courant trop visqueux dans lequel nous étions en train de nous embourber lui et moi.
Certaines craintes remontent trop vite quand je constate jusqu'où on est capable de s'enfoncer si aucun de nous deux ne bouge. Alors je bouge. Et si je peux, je l'emmène avec moi ! Je ne veux plus être spectatrice de ma vie.

- Et donc j'ai pris la décision d'essayer de partir en vacances pendant les congés de Superman ! Quand était-ce la dernière fois ? Je ne me souviens pas. Cela ne pourra nous faire que du bien. Sortir, voir autre chose... se changer les idées. Bon, il est vrai que nous n'avons pas franchement les mêmes centres d'intérêts, mais en jonglant bien, je devrais pouvoir trouver de quoi nous contenter tous les deux. J'ai quelques idées qu'il n'a pas rejetées, et il en a soumis une que je vais accepter. Et puis même sans rouler sur l'or, arrive un moment où il faut bien vivre un peu.
Je pense que je vais essayer de planifier un arrêt pour aller voir mes parents aussi, et ma soeur. Elle doit être enceinte jusqu'aux yeux, mais je ne peux pas lui refuser le bonheur de me le montrer... après tout, elle ne sait pas que ça me fait mal. Je dois encore grandir un peu, je suppose.
Reste à tout organiser dans les temps pour un prix raisonnable, et sans rien gâcher dans le frigo... mais planifier ce genre de trucs est un de mes points forts, ça devrait aller.
Quand je le dis, que je ne suis pas prête de m'ennuyer !

 À bientôt ☺