Je suis pas mal occupée en ce moment, mais je ne résiste pas à partager un coup de fil avec vous... ☺

Enfin une bonne nouvelle !
Une vraie bonne nouvelle. Car une égoïste surtout.

C'était en milieu de matinée. Le portable a sonné, en appel masqué.
Je ne décroche pas toujours quand je vois ça, mais là... je me demande si je n'ai pas compris qui c'était avant même que la dame ne me le dise au téléphone.

Dès qu'elle s'est présentée, j'ai eu le coeur qui s'est mis à battre à deux cent à l'heure, j'avais envie de pleurer tant j'étais stressée. Mais j'ai tenu quand même. Jusqu'au moment où j'ai pu lui poser LA question qui me ronge depuis des mois. Jusqu'à ce qu'elle y réponde.

Là j'ai explosé en sanglots en même temps que de rires.
Ces rires nerveux, d'incrédulité, de soulagement, de bonheur, de tellement de choses.
Certains mots vous font le même effet que si on vous sortait de l'eau à deux doigts de la noyade.

Je l'ai remerciée chaleureusement plusieurs fois avant qu'on ne raccroche, la poitrine au bord de l'explosion, l'espoir vrombissant en plein dans les esgourdes à m'en donner le vertige, le corps tremblant de je ne sais quoi. J'ai pleuré de joie.

Nouvelle étape franchie.
Et donc nouveau bond en avant du dossier.

Les sondes ont été mises au point avec succès. Un DPI est possible !!

Nous sommes officiellement sur la liste d'attente !
Et notre cas étant toujours aussi urgent, sinon plus, on peut espérer un début de prise en charge après la rentrée. Alors on va l'espérer ! Très très fort. Nous avons un rdv planifié pour en savoir plus le mois prochain.


Ce n'est qu'une étape de plus de franchie, il en reste d'autres. Mais j'avoue que c'était celle que je redoutais le plus. Celle pour laquelle nous n'aurions absolument rien pu faire, ni pour ni contre.


Bien sûr, j'ai voulu immédiatement partagé la nouvelle avec quelqu'un.

J'ai prévenu Superman en tout premier lieu. J'espère que cette nouvelle va illuminer sa journée, et les prochaines, le temps qu'on arrive aux dates de ses congès. Je suis presque sûre de l'avoir "entendu" sourire au téléphone. Il attendait cela autant que moi. Mais étant au travail, il n'a pu que prendre vingt secondes pour atterir avec moi, et on a du se laisser là.

J'ai essayé d'appeler mon ami d'enfance, l'un des rares à avoir su toute l'histoire, le pensant en vacances ou en inter-contrat. Je l'ai dérangé au travail aussi. Il faut vraiment que j'arrête d'essayer d'utiliser un téléphone. J'ai le don pour toujours tomber au mauvais moment.
J'ai à nouveau pleuré en raccrochant, mais de désarroi cette fois.
C'est probablement idiot, mais j'ai trouvé ça terrible de n'avoir personne avec qui partager cette nouvelle à cet instant... j'avais tellement attendu cela..

Tant pis, c'est ainsi. Je m'en remettrai. Cette bonne nouvelle est si lumineuse qu'elle continuera d'éclairer ma journée. Et plus.

Là pendant quelques jours au moins, je vais pouvoir me poser, et me répéter sans avoir l'impression de me mentir : on avance.
On a une chance.
Ça va marcher.


On va y arriver.

Bonnenouvelletelephone