Le brouillon traînait dans mes affaires. Je le jette ici en passant.
Pas d'inquiétude pour autant. Moi en ce moment, à part la fatigue, ça va plutôt bien.

Paumée depuis peu, ou depuis toujours. Mal au coeur, posée dans un coin.

Désertée par le sens, l'amour, l'envie, ou la passion. Un problème avec le mot "non".
Tout. Et n'importe quoi. Un petit rien, un grand trop. Jamais bien rond. Une accumulation.

Une larme. Des millions. Un sillon.

Le dos voûté, la tête baissée, les rides creusées. Corps et esprit éreintés, abîmés.
Des cernes sous les yeux fermés, jusqu'au bout du nez. Tellement fatiguée.

Trop de pensées. Pourtant le vide à l'infini aussi. Des boucles de si, à quoi bon, tant pis.
Déjà à moitié crevée. Réserves percées. Y'a que le corps qui reste en vie, sans en avoir envie.

Une mare. De sel, de sang. Un étang.

Un trop-plein qui se répand, se vide lentement. Une esquisse de soulagement.
Glisse, s'affale et tombe. Pof. Ce sera bientôt fini. Définitivement.

Une fin. Un envol. Et peut-être aussi un adieu à la douleur. Tout arrêter, enfin.

legeste

Et au cas où, je le redis et le certifie : pas d'inquiétude. Promis, je vais bien !