Un titre qui pourrait faire rêver, mais non, c'est vraiment juste du blabla aujourd'hui.

Je continue sur ma lancée de raconter ma vie même les trucs pas si importants. Je ne vois pas trop à qui je pourrais en parler d'autre en ce moment et j'ai toujours besoin de faire du rangement dans ma tête.

Parlons déjà rendez-vous médicaux.

Tous les uns à deux ans, je fais un bilan général de santé. Cette fois, j'ai une bonne nouvelle globale : je vais pouvoir espacer les rendez-vous à l'avenir !!
Ces deux dernières années : tout va bien chez moi (ou presque) ! Dire qu'avant j'avais toujours quelque chose... Comme quoi le mental joue indéniablement sur la santé. Enfin bref : je vais pouvoir espacer la plupart des rendez-vous, c'est une première ! Psychologiquement, ça fait du bien !

J'ai refait un point "audition". Les acouphènes et la sensation de ne rien comprendre des sons ces derniers mois sont dus à la fatigue. Mon audition n'a pas bougé, c'est juste le cerveau qui ne suit pas. Rien à faire à part se reposer. L'orl a re-confirmé au passage mon hyperacousie, mais n'a toujours aucune solution à me proposer en dehors des boules quiès - c'est bête, je les supporte toujours pas -. Pendant les périodes d'acouphènes toutefois, j'ai des cachets à prendre - toujours les mêmes. Rien de nouveau sous le soleil. On espace les rendez-vous.

L'ophtalmo a re-confirmé mon hypersensibilité visuelle, mais n'a pas non plus de solution contre ça. Je vais continuer à porter mes lunettes de soleil à longueur d'année et à passer pour une snob (bon j'ai l'habitude maintenant !). Elle a aussi noté que ma vue avait encore bougé - ce qui éloigne à nouveau de deux ans la possibilité d'une opération au laser (oui bon, je m'en doutais et je n'y tiens plus tellement maintenant). Depuis, je l'avais peut-être déjà dit, mais j'ai de nouvelles lunettes. J'ai l'impression de flotter quand je marche.. mais je n'ai plus de migraines ophtalmiques ! C'est toujours ça à prendre !
Ici, on espace aussi, je n'y retourne que si j'ai de nouveau la sensation que mes lunettes ne sont plus adaptées.

Je reste donc avec mon hypersensibilité sensorielle, et émotive (ça thérapie ou pas, ça reste). Au moins, je sais que depuis l'enfance et adolescence, ça n'a pas changé, et que les professionnels de santé le voient aussi. Il serait temps que j'arrête de me dire que c'est peut-être juste dans ma tête (comme on me l'a dit siiiiii souvent), et que je suis juste cinglée. Non non, je vais bien. Ca fonctionne juste "trop" bien à certains égards...

D'ailleurs Mélopée m'a redit que je n'étais pas folle. Vu que c'est quand même un peu son domaine, elle l'aurait vu et me l'aurait dit. Je commence à la croire ! Mais j'ai quand même poursuivi l'une de mes démarches sur ce thème.
Dans celle-ci, y'a eu les rendez-vous avec une équipe de psychologues. Des que je ne connaissais pas. Qui n'étaient pas là pour m'accompagner, mais répondre à une question qui me taraudait depuis bien trop longtemps. Mais je vous en reparlerai plus tard, dans un article à part - parce que ça pour le coup c'est important.

Y'a eu d'autres rendez vous avec absolument aucun intérêt. Je ne vais pas tous vous les faire, rassurez-vous. On les espace tous aussi.

Et puis il y a eu le dentiste, qui m'a orientée vers un autre médecin (de sa famille et du même cabinet, hm hm). Il "faudrait" envisager une opération (moralement relativement bénigne) parce que mes gencives se rétractent et qu'à terme, je pourrais avoir le même soucis que ma mère (les joies de l'hérédité). Je n'ai pas envie de me faire opérer. Et je crains le conflit d'intérêt venant de ce monsieur, charmant au demeurant. Est-ce réellement utile ? Surtout que j'ignore si ce sera pris en charge et je n'ai pas un rond à mettre là dedans... j'ai quand même pris la consultation pour avoir les informations qu'il me manque et un devis... mais ça m'ennuie et m'inquiète cette histoire. Là on garde le même rythme de rendez-vous.


Je me suis également tournée sur la santé de ma voiture. En partie. Il y en a pour plus de 1500 euros d'entretien sur les devis en plus des 250 déjà déboursés (et encore y'a pas tout dessus). C'est le prix auquel j'avais payé ma première voiture, ado, alors autant dire que je frise rien qu'à l'idée de dépenser une telle somme (que je n'ai pas) !
Je ne sais pas trop quoi faire, et la date du contrôle technique approche... Permettez que je le dise : ça me fait ch***. Et j'ai du mal à faire totalement confiance au type en charge - tout est il bien nécessaire ? Cela mérite réflexion tout ça...

 

Y'a aussi eu des rencontres, plus ou moins agréables.

Ah les rencontres. Célestine les dépeint avec brio et poésie. Moi je vais déposer ça là dans un grand "schplaff". Je continue d'élaguer mes pensées.

La première c'était un petit jeune qui marchait en pleurant dans la rue. J'ai entendu ses sanglots bien avant de l'apercevoir. J'avais préparé un mot et un mouchoir. Je lui ai tendu le dernier en exprimant l'autre ; "Je ne sais pas ce que tu as, mais courage petit". J'allais partir, convaincue de ne rien pouvoir y faire. Mais il a planté de grands yeux mouillés et presque désespérés sur moi... Je lui ai demandé s'il souhaitait parler de son problème. Il a hoché la tête si fort... Alors je suis restée avec lui. On a cherché une solution ensemble. Et puis je l'ai ramené chez lui, très émue, sans savoir pourquoi je l'étais.
Il aura oublié dans quelques jours, mais pour moi, c'était une bonne rencontre je crois.

La seconde, c'était pas vraiment une rencontre au sens où on peut l'entendre. Je me baladais dans la ville. J'ai vu une femme d'un certain âge qui se tenait devant la gendarmerie avec visiblement une amie à elle. Elle regardait la porte, mais n'avançait plus. Quand je suis passée, son amie s'est mise pratiquement à lui crier dessus, en me regardant régulièrement, comme pour s'assurer que j'entende bien tout. Les mots résonnent encore. "Vas porter plainte !  Ton mari te bat ! Il y a cinq heure encore tu étais enfermée !!". Moi qui revenais d'une promenade si agréable, ça m'a retourné l'estomac. Je sais qu'elle attendait quelque chose, mais quoi ? Que je booste une parfaite inconnue que mon simple regard a décidé à rebrousser chemin ??
Sur l'instant j'avais envie de lui dire que si son amie avait fait le chemin jusqu'ici, alors sa réaction était la dernière à avoir pour l'aider... qu'elle ne serait peut-être pas partie avec tant de hâte si ses cris ne l'avaient pas faite sentir honteuse au dernier degré... mais elle ne peut pas le savoir si elle n'a jamais vécu ça... impuissante, je les ai regardées repartir du coin de l'oeil... me demandant un instant la part de vrai dans cette histoire, et jugeant dans mon fort intérieur que c'était sûrement la vérité ici... du moins je le ressentais ainsi.
J'ai écris une lettre le soir même, avec toutes les informations que je pouvais y mettre, et je l'ai déposée dans la boîte aux lettres de la gendarmerie. Je ne savais que faire d'autre... mais le sentiment de mal-aise ne me quitte plus depuis que je n'ai pas su comment réagir dans la rue... J'aurais aimé aidé cette femme mais... J'étais sensée faire quoi ?

 

Enfin bref. Voilà.
J'aurais encore pas mal de choses à raconter, mais curieusement, le reste me semble moins important/encombrant tout à coup.
Je vais donc me limiter à l'important pour les futurs partages. Enfin, important... pour moi ! Mais vraiment très important. Je vous raconte ça, je ne sais pas quand, mais bientôt.

Douce journée à tous. Et bon weekend !