C'est presque de saison, mais pas tout à fait.
En même temps, y'a plus de saison ma bonne dame / mon bon monsieur !

Halloween était à peine passé, que déjà les rayons de magasins étaient pleins de chocolats pour Noël. Tout le monde a l'air très pressé d'y être. Top départ de la course aux cadeaux et à la surconsommation dans quinze jours, au "black friday". . . Même pas mi-Novembre, et déjà des copines comptent les 'dodos' avant le "grand jour" (certaines le font même depuis la rentrée des classes). Certains amis ont déjà "réservé" leur sapin en "coupe fraîche"... pauvres sapins qui n'avaient rien demandé. Je sais que Superman en voudrait un aussi. J'ai dit non. Noël c'est pas sensé me faire pleurer !

Je ne suis pas cent pour cent rabat-joie, je vous rassure. J'aime bien décorer mon sapin ! Certes. Mais j'ai le même petit sapin réutilisable (en plastique j'ai pas trouvé mieux) depuis au moins huit ans. Et tant que je pourrais, j'userai celui là jusqu'à la moelle, parce que couper un arbre majestueux pour une seule satanée soirée, ça me rend super triste. Il y a littéralement des cimetières de vieux sapins, roulés dans des sacs plastiques, dès le 1er Janvier. Pour moi c'est un tel gâchis...( et ce n'est pas le seul d'ailleurs). À la rigueur, que les gens le prennent en pot, et aillent le planter quelque part après ! Je pense que je ferais ça de temps en temps, le jour où j'aurais un jardin à moi...

À croire que c'est encore moi qui suis à contre-temps... Une fois de plus je sens que je vais devoir attendre vers le 20 de Décembre pour pouvoir me mettre un peu dans l'ambiance... parce que sorti de quelques trucs, je n'aime pas tellement Noël. 

L'ambiance de Noël, c'est un peu le jour et la nuit, selon le point de vue.

Conso, déco, cadeaux, et vieux bonhomme un peu gros, c'est clairement pas ma tasse de thé. Surenchère sur les repas qui durent une éternité, et les idées de présents qu'on va accumuler. Brouhaha innommable dans les rues, les marchés, et pendant le dîner... Diantre, mais le monde est fou ! Les menus sont déjà en cours d'élaboration - c'est à qui fera preuve du plus d'audace et d'imagination. Les listes d'invités aussi sont pensées avec soin - c'est limite la même organisation que le mariage d'un frangin. C'est l'effervescence dans les foyers. Et toi, tu prends quelle date ? Tu veux que je ramène le dessert ? Qui invite tata Ursule cette année ?

Je ne comprends pas trop l'engouement des gens pour la chose .. Mais prenons le temps de vivre, bon sang ! Profitons de Novembre, si magnifiquement décrit par Célestine. Savourons l'Automne si merveilleusement illustré par Vi Revolte. Respirons le présent à pleins poumons pendant cette période de calme ! Attendons au moins début Décembre, non ? Sauf fin du monde, Noël finira de toute façon par arriver ! Nul besoin de s'y précipiter...


On inspire, on expire !
Quelques lumières de ci de là dans les rues, une musique entraînante qui résonne dans les haut-parleurs...  Peut-être un peu de neige derrière la fenêtre, sur des sapins bien vivants plantés en terre et qui seront encore là, d'hiver en hiver. À la maison un peu de pain d'épices à la cannelle, une thé chaud devant une cheminée (j'en aurais une un jour) sur un tapis tout doux. Deux ou trois bougies sur la table et des pommes de pins séchées dans un petit saladier sur la commode. Un moment avec ses proches - ceux qu'on a vraiment envie de voir - en toute simplicité, à la bonne franquette, et éventuellement quelques marrons glacés au dessert. Ca c'est l'ambiance de Noël pour moi !
Aller, à la rigueur, offrir un cadeau à Superman. Cela ne le surprend jamais puisque c'est convenu, mais on dirait un gosse quand il voit un paquet pour lui, et je reconnais que j'aime lui voir ces étincelles dans le regard..

Superman s'amuse à me rappeler que je pète un peu l'ambiance justement. Celle que lui aime bien. À pas vouloir de vrai sapin. À rechigner à dépenser des fortunes pour des bouts de plastiques qui ne passeront même pas l'année. À refuser de faire croire qu'un vieux bonhomme vient déposer des cadeaux si on a été bien sage (je réponds pas aux enfants, sinon on me saute à la gorge). À limiter autant que possible l'achat de "papier cadeau" (j'emballe dans du tissu coloré que je récupère après). Bref à pas faire "comme tout le monde" parce que j'ai pas envie de me forcer.

Quand on me demande mon avis sur cette fête, et que je réponds honnêtement, je me sens comme un alien. C'est bien simple : chaque année j'ai l'impression de tuer le père noël...
Cette année, en fiction, je vais le faire pour de vrai.

En fait, c'est un thème qui était sur le site des impromptus littéraires et qui tombe à pic ! J'ai eu envie de le ressortir des archives, et de me prêter à l'exercice, avec un "poème" aux rimes mélangées. Je vous laisse apprécier mon forfait.

En cette froide soirée d'hiver, j'ai quitté mes chaussons,
Affalée sur le tapis de coton, ma tisane qui parfume l'air,
Je me réchauffe enfin un peu, au coin de l'âtre rougissant.
Les bûches flambent en dansant, bohémiennes de feu..

Soudain un tonitruant fracas, et un cri sans fin qui retentit,
Une torche vivante s'enfuit, mes yeux cillent et ne comprennent pas.
Cette scène incongrue m'assomme, je n'ai pas le réflexe inné,
de tenter d'éteindre pour aider, ce pauvre bougre de bonhomme.

Lancé dans ma maison, il tourne en rond en hurlant de douleur.
C'est qu'il me fait peur, ce fou qui est entré par effraction,
prenant mon ardente cheminée, pour une porte dérobée.
D'un coup il s'écroule consumé, il sent le porc rôti et la fumée..

Alors avec une gêne indicible, je me penche sur la victime,
qui d'un coup n'est plus anonyme, bien que partiellement indescriptible :
Je 'connais' cet homme qui gît là, sous mes yeux encore totalement ahuris,
je crois que je vais avoir de sacrés ennuis, bon sang je fais quoi ?

Mon âtre et moi sommes des criminels, nous avons tué le père Noël.

 

Sur ce, je vous laisse. C'est l'heure du thé !

 Source du thème : "les impromptus littéraires".